Stocker n'est pas archiver !

Publié le par dcb14

Emmanuelle Bermès nous rappelle la fragilité des supports et des formats. Les serveurs eux-mêmes ont une durée de vie limitée. D'où l'importance de mettre en place des stratégies de "migrations" des supports.
5 types de documents patrimoniaux numériques sont conservés à la BnF : documents numérisés pour Gallica, dépôts de la presse quotidienne régionale (Ouest-France), documents numérisés par les pôles associés, documents reçus au titre du Dépôt légal (Game boy, cédéroms, multimédias multisupport), archivage des sites web, document numériques achétés et les archives internes de la BnF, témoignage des activités de l'établissement.
De nouveaux métiers ? les fontions restent les mêmes mais se transforment :
Acquéreur : faut-il sélectionner ou tout numériser ? la BnF sélectionne.
Le d
épôt légal du web : nécessité de préciser ce que l'on conserve ? d'où la notion de "crawl évenementiel" (élections par exemple) ! Idée de la complétude entre sites web (fréquence du captage des sites qui changent sans arrêt.
Catalogueur : comment cataloguer 2 milliard d'unités documentaires ? C'est impossible L'effort doit porter sur les métadonnées  juridiques et techniques.
Magasinier : le problème de place persiste. "Petabox" et autres contenants pour stocker les données sont volumineux et fonctionnent sans arrêt. Problème de la maintenance du système Oais (vérifier les procédures) qui pourrait être en partie automatisée.
Service public : notion de salle de lecture virtuelle est importante. La médiation du bibliothécaire reste importante pour aider à chercher, à trouver. Importance des services de renseignements à distance.
Autre aspect nouveau à prendre en compte : interactivité des bibliothèques numériques. L'internautes a pris l'habitude de faire des commentaires, de poser des questions en ligne. Développement des wikis, blogs...
Conservation : n'est pas seulement un problème technique. Voir les exemples dans la revue "Actualités de la conservation".
Le conservateur numérique assure les relations avec l'extérieur, valorise son action, veille au respect des missions de l'établissement, coordonne et encadre les acteurs impliqués, fait de la veille et de la normalisation et établit les régles et les outils.
Le conservateur doit comprendre la dimension logique et physique du document numérique, transférer son savoir et accompagner le changement dans son établissement.
Place aux questions.

Commenter cet article